Une sculpture dans le temple Sri Mahamariamman à Kuala Lumpur

Une découverte singulière

Vendredi 29 Juillet 2011, aux alentours de midi. Une timide voix féminine se fait entendre dans les haut-parleurs, par-dessus le bruit de fond et commence par entonner un message de bienvenue dans une langue inhabituelle, en plus de l’anglais. Partout autour de moi, quelque chose m’intrigue. Les couleurs, les formes, les signes sont pour la plupart méconnaissables. Tous les sens sont en alertes, et chaques nouvelles scènes sont de véritables découvertes – même le fait d’aller aux toilettes.

La voix féminine continue à se faire entendre dans tout l’aéroport. J’attends mes baguages, je regarde autour de moi. Encore tous ces signes, partout. Ou plutôt des caractères, que je n’avais vu que dans mes livres. J’observe les alentours, un autre point me frappe l’esprit: les personnes ne sont pas non plus les mêmes. Je demande où se trouvent les taxis, on m’indique une sortie dans le même accent que la voix féminine et un grand sourire. J’entends justement, à ce moment-là au dessus du brouhaha la voix féminine dire “Welcome to Taoyuan International Airport”. Une fois installé dans le taxi, celui-ci démarre en direction de mon hôtel, en plein cœur de Taipei. Plus de 30 minutes de trajets. Plus de 30 minutes où tout semble vraiment différent cette fois-ci.

Centre-ville de Tainan

En regardant par la fenêtre du taxi, j’aperçois comme un nouveau monde à l’extérieur et surtout tous ces caractères accrochés là où il y a la moindre place disponible. Chaques rues, chaques façades, chaques immeubles ont leurs centaines de caractères. Et une seule question me vient à l’esprit: que peuvent-ils bien dire? Je n’en reconnais presque aucun, malgré mes années d’apprentissage.. Déroutant. Roulant à côté du taxi, des gens à scooters le dépassent à gauche comme à droite. Parfois seul, parfois à 3-4 sur un même scooter où même avec un chien. A l’intérieur du taxi, il y a un mélange étrange entre ces brouhahas venant de la ville à l’extérieur et la radio qui remplit le taxi. Petite mélodie, une courte pub, le tout en chinois.

A ce moment, je commence petit à petit à réaliser que tout ce monde, ces signes, ces gens, ces odeurs seront mon nouveau “chez moi” pour les sept prochains mois à venir. Un monde loin de mes habitudes, de la famille et des amis, où tout ce que j’ai pu croire comme acquis et vrai n’est au final qu’un point de vue personnel. L’émerveillement et la découverte commencent et ne s’arrêteront jamais.

Les débuts de Wansato

C’est donc à Taiwan que tout a commencé. Depuis, le goût du voyage ne m’a plus quitté. Six mois à découvrir cette île m’a ouvert au monde et a été l’une des périodes les plus heureuses de ma vie. Six mois de plus en Chine à découvrir le géant asiatique, où du moins une petite partie m’a consolidé dans l’idée que le monde n’est au final pas si grand et que le meilleur moyen de comprendre l’autre est d’avoir vécu à ses côtés un certain temps. Puis direction la Suisse pour finir mes études et apprendre une routine dont je me passerais bien volontié: travailler.

Ce site est plus une incitation à voyager et une inspiration pour tous les voyages qu’un guide pratique. J’essaye de mettre en avant les points forts de mes découvertes, même si la majorité d’entre eux sont classiques. Ecrire les articles me prennent du temps, ainsi que de développer toutes les photos associées, n’hésitez donc pas à me laisser un commentaire, j’en serais plus que ravi.

Le mot Wansato vient de trois mots différents qui, à mes yeux, expliquent le pourquoi du comment. Tout d’abord “Wan” qui vient tout naturellement de Taiwan, pays que j’admire. Ensuite “sa” qui a pour origine visa. Le visa – ou le passeport de façon générale – est le sésame pour voyager, et une quasi obligation. Enfin “to” pour photo, qui est une partie intégrante de ce site.

Plage sur les îles Perhentians

Photographie

Une belle image permet de capter l’œil du voyageur plus facilement qu’un simple texte et montre toute la magie d’un endroit. On peut décrire avec précisions un lieu, une rue, une découverte, mais avoir une image – voir une belle image – accompagnant un article va donner de la profondeur et de l’intensité à celui-ci, et c’est ce que je recherche. Toutes les photos dans les articles ne sont peut être pas « extraordinaires », mais on le mérite de souligner les points importants évoqués dans les articles. La section « Photographie » est le « Best Of » et j’y poste les images que je considère comme les plus réussies. Donc n’hésitez pas à y faire un tour!

C’est à Taiwan que j’ai acheté mon premier appareil photo (Canon 600D), et c’est aussi là-bas que j’ai commencé à prendre goût à la photographie en y découvrant les joies du focus, du temps de fermeture etc. Je me suis formé moi-même, et avec le temps je peux déjà voir mon évolution personnelle. Aussi, moi qui ai un esprit cartésien, la photographie est la partie artistique dont je ne connaissais même pas l’existence! Evoluant maintenant sur un Canon 5DIII et quelques filtres, c’est devenu pour moi une partie intégrante de ma vie et surtout de mes voyages.

La personne derrière Wansato

Pour finir un petit mot sur moi-même. Jean, 25 ans, Alsacien d’origine et travaillant pour le moment en Suisse en tant qu’ingénieur. Mes deux rêves sont assez simples: faire un tour de l’Asie et étudier le chinois à Taiwan. Je voyage très souvent en Allemagne et en Suisse, plus rarement en France et j’ai nettement une préférence pour les pays d’Asie et surtout Taiwan, mais j’attends juste une bonne occasion pour découvrir le reste du monde.

Mes voyages:
2011: Taiwan (6 mois), Japon, Chine (6 mois)
2012: Luxembourg, Espagne
2013: Taiwan
2014: Espagne, Maroc
2015: Malaisie, Singapour, Italie, Japon
2016: Indonésie, Hongrie, Taiwan, Hong-Kong, Chine

Les rêves ne deviennent accessibles que si l’on s’en donne les moyens 🙂

Wansato
Rechercher