Chine - Festival De Qingming à Suzhou

Chine – Le Festival de Qingming à Suzhou

Le festival de Qingming remonte à des siècles et est toujours célébré à Suzhou, en Chine. La Chine est considérée comme l’une des plus vieilles civilisations encore existantes. Six mois à la découverte de l’empire du milieu, de sa culture multimillénaire et de ses habitants. 

Dimanche après-midi. Un regard à droite, puis à gauche. Rien n’y fait, le flot est incessant et toutes ces personnes qui composent cette rivière humaine semblent aller nulle part et partout à la fois. Les gongs se font entendre au loin et l’agréable odeur d’encens commence à être perceptible, amenée dans la rue par une petite brise.

La petite rue en face est plus tranquille, mais est inaccessible sans passer par l’avenue grouillant de monde. Je tente tout de même ma chance, et me fais emporter par le flot continu. Au bout de cinq minutes, la cadence semble se ralentir car la foule devient de plus en plus dense. Nous nous rapprochons du temple et du centre-ville. Le temps est magnifique en ce début Avril. Les cerisiers sont en floraison, ce qui souligne et sublime les vieux canaux de la ville de Suzhou (蘇州 en chinois traditionnel), dans la province du Jiangsu en Chine.

Mais que ce passe-t-il cette après-midi ? Pourquoi tous ces gens sont-ils dehors ? Est-ce normal pour un dimanche ? Toutes ces questions restent pour l’instant sans réponse. Les magasins sont ouverts, les restaurants remplis, et le temple submergé de monde. Toute la ville est à la fête. C’est à ce moment-là qu’il est facile de réaliser que la Chine est un pays très peuplé, vraiment très peuplé. Dans le temple Taoïste surnommé le « Temple du Mystère » ou 玄妙觀 ( Xuánmiào guān en pinying) situé dans le centre de Suzhou, la plupart des chinois viennent pour y faire brûler de l’encens et prier. Malheureusement, il faut payer pour pouvoir entrer dans le temple. Mais cela à le mérite d’expliquer les odeurs dans la rue et la mélodie des gongs entendu plus tôt.

Des arbres encore nus par le froid de l’hiver si proche se trouvent devant le temple, et sous leur protection, de nombreux bancs, un point d’observation idéal. La plupart des gens sont surpris par ma présence. Ils rigolent en me voyant et me demandent s’ils peuvent prendre une photo avec moi. J’accepte volontiers. J’ai l’impression d’être le seul étranger à Suzhou en ce début d’après-midi.

Armé de mon chinois rudimentaire, je leur demande ce qui se passe. Ils sont surpris que je parle chinois et je le suis encore plus qu’ils me comprennent. – « Jie ! Qingming jie » tente de m’expliquer une jeune fille toute gênée se blottissant dans les bras de son petit-ami. – « Quoi ? Jie ? ».  – « Qingming jie ! », me répète-t-elle machinalement plusieurs fois. Je réfléchis pendant un instant. « Ahhhhh, festival ! Le festival de Qingming » en faisant des signes de feux d’artifices. Elle approuve et son petit-ami rigole de la voir si gênée (ou bien de ma mimique !). Je les remercie  et continue mon chemin en passant par l’arrière du temple du mystère de Suzhou. Un festival ? Le festival de Qingming ? Cela expliquerait toutes ces personnes dans la vieille ville de Suzhou et aux alentours du temple.

Je ne saurai qu’en rentrant chez moi que le festival de Qingming (清明) est l’un des plus importants festivals dans la culture Chinoise. Il est célébré tous les ans une quinzaine de jours après l’équinoxe de printemps – donc le 4-5 avril. Ce festival est connu aussi sous le nom de « jour des ancêtres ». Il est l’occasion pour les familles de se retrouver tous ensemble et de nettoyer les tombes de leurs ancêtres, ou bien de prier dans l’un des (rares) temples en Chine. Ce jour est devenu férié en 2008 en Chine. Il l’est également à Taiwan depuis 1975, pour honorer la mort de Chiang Kai-shek.

Le plus surprenant est certainement l’ouverture de toutes les boutiques de Suzhou durant la durée du festival de Qingming. On pourrait s’attendre à une certaine « pieuté », comme pour Pâques où Noël en France, mais il n’en est absolument rien. C’est même durant ces quelques jours que les boutiques de mariage à même la rue semblent être plus nombreuses que d’habitude. Elles proposent de transformer le rêve de toute chinoise en compte de fée : robe blanche, photographies de mariage, repas gargantuesque, salle de mariage à « l’occidentale » sont devenus les standards en Chine. La plus part des chinois profitent de cette courte période pour sortir en famille ou en couple, la majorité vivant trop loin pour pouvoir rentrer dans la ville ou le village d’origine et s’occuper des tombes de la famille. Les traditionnelles boutiques de chaussures et habits ne désemplissent pas non plus, tout comme les marchands à la sauvette.

Après quelques heures à flâner dans la ville, à manger de magnifiques petites boulettes de riz fourrées à l’arrière du Temple du Mystère et à découvrir toutes une facette qui m’était méconnue de la culture chinoise, il est temps de reprendre le bus et de rentrer dans le quartier sans vie qu’est le SIP. Avec comme impression qu’au final, le festival de Qingming est un dimanche comme les autres à Suzhou, mais avec plus de badauds que d’habitude. Et un peu plus d’encens tout de même! 

Photographies

Informations

Quelques informations en lien avec l’article qui peuvent être utiles aux voyageurs intrépides.

Quoi? Le Temple du Mystère
  Où? 94 Guanqian St, Suzhou
 Combien? Quelques euros l’entrée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Search