Vue Sur Pudong à Shanghai

Chine – Le Bund de nuit à Shanghai

Le Bund est sans doute la destination phare de Shanghai, la capitale économique de la Chine. La Chine est considérée comme l’une des plus vieilles civilisations encore existantes. Six mois à la découverte de l’empire du milieu, de sa culture multimillénaire et de ses habitants. 

Une légère brise rafraîchit l’atmosphère pesante en cette fin de journée. Le soleil est sur le point de se coucher, après une journée de dur labeur. Avec son départ, le spectacle va bientôt débuter. La foule s’est donnée rendez-vous sur les quais. Beaucoup d’étrangers, mais la grande majorité sont chinois. Les flashs des petits appareils photos des touristes commencent à crépiter, pour leur plus grand plaisir. Des sourires, des gestes amusés et des photographies de groupe. C’est comme si le monde s’était donné rendez-vous, l’espace d’un instant, pour oublier tous les problèmes et s’amuser ensemble.

Les bateaux se parent de mille feux et flottent tranquillement sur le fleuve Hangpu 黄浦江, littéralement « Fleuve de la rivière jaune ». Les gratte-ciels revêtent leurs costumes lumineux et semblent défier le ciel. Les nuages reflètent la lumière des néons et donnent une impression de gigantisme à la scène. L’homme, face à ces colosses de verre et de béton, semble tout petit. Shanghai se prépare à passer une nouvelle nuit.

Pudong à Shanghai – de marécages …

Plusieurs immeubles sont reconnaissables au premier coup d’oeil sur l’autre rive: le Centre Mondial des Finances (ou le décapsuleur), la Tour de L’orient et la Tour de Shanghai, dernier – pour le moment – des gratte-ciels de Pudong. Je suis sur le Bund, l’ancienne avenue des concessions étrangères longeant le fleuve Hangpu. En face de moi se trouve le quartier de Pudong, le centre d’affaire international de la ville de Shanghai et en quelque sorte l’image de la ville et du pays. L’omniprésence des drapeaux chinois sur tous les anciens bâtiments de la concession étrangère donne une impression assez étrange de « revanche chinoise » sur le reste du monde. La Chine aujourd’hui n’a plus peur de ce qu’elle est, et s’affirme de plus en plus – voire un peu trop -. Et Shanghai est devenue la vitrine de ce renouveau de la puissance chinoise débutée en 1979. Shanghai la sulfureuse des années trente a laissé place à Shanghai l’ultra-moderne. La ville semble être le nouvel eldorado pour les aventuriers du monde entier.

« Les gratte-ciels ont poussé comme des champignons. C’est incroyable les changements qui ont pu se passer dans cette ville en si peu de temps. Il n’y a pas qu’à Pudong qu’il y a eu le plus de changements. Et surtout pas qu’à Shanghai d’ailleurs! » m’assure Sophie – son nom français -, devant mon émerveillement de Shanghai. « Il faut aller dans la banlieue de Shanghai pour comprendre à quelle point la ville s’est étendue, et tout ça en l’espace d’une dizaine d’année! D’une des tours de Pudong, on peut s’en rendre compte facilement». Sophie n’est pas originaire de Shanghai, comme bon nombre de personnes de cette ville, mais vient de la province voisine du Jiangsu. Elle est donc dépendante du système “hukou” (戶口簿) chinois. « Mais ici, on trouve du travail plus facilement qu’ailleurs ».

… à vitrine de la Chine

Diplômée d’une école de commerce après une année en France, et travaillant maintenant pour une entreprise internationale d’import/export, elle est venue s’installer à Shanghai pour la facilité de trouver un travail et pour le contexte international de la ville. Au début des années 90, le quartier de Pudong n’était qu’un marécage au bord de la rivière Hangpu, avec de vieilles usines et beaucoup de cabanes de pêcheurs. Dur de s’imaginer cela lorsque ce centre d’affaire ultramoderne me fait face seulement vingt ans après. Ce n’est qu’après une certaine réflexion de la part des dirigeants que Pudong fût aménagée en zone spéciale. Grâce à la magie chinoise, la zone est devenue en l’espace de quelques années seulement le centre économique de la Chine et sa première place boursière. Chaque année se construit un nouveau gratte-ciel censé être plus grand que les précédents. « Toutes les entreprises ont une adresse à Shanghai si elles veulent faire du commerce en Chine. C’est comme avoir une boutique sur les Champs Elysée à Paris pour les marques de luxe. C’est ici que tout se passe », continue-t-elle sur sa lancée. « Mais Pudong est quand même l’endroit où l’on voit le mieux ces changements. Et cela ne s’arrêtera pas parce que l’avenir se fera avec la Chine ». Sophie ne cache pas son enthousiasme, et au fur et à mesure de nos conversations, je remarque une petite pointe de patriotisme et de fierté de la Chine d’aujourd’hui. Cela restera un point commun chez bon nombre de connaissances chinoises. L’éducation communiste semble donc fonctionner parfaitement.

Nous restons là, sur le Bund, à parler de tout et de rien. Autour de nous se pressent familles et amis pour se prendre en photo devant les fabuleuses tours de Pudong. Les heures passent. La brise continue, watch got season 7 live la foule commence à se faire moins oppressante. Il est bientôt neuf heures et les bateaux commencent eux aussi à se faire rares. Nous décidons de quitter le Bund pour trouver un restaurant, chinois bien sûr. Shanghai ne dort pas encore, et d’après Sophie ne dormira pas avant un long moment.

Photographies

Informations

Quelques informations en lien avec l’article qui peuvent être utiles aux voyageurs intrépides.

Quoi? Le Bund
  Où? Shanghai

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Search