1-Altitude à Singapour

Singapour – Marina Bay Sands et 1-Altittude

La Marina Bay Sands et sa piscine à débordement à Singapour sont connus du monde entier. Récit d’un voyage de deux semaines en Malaisie et à Singapour, à la découverte des trésors d’Asie. 

Sur le chemin du retour du Garden By The Bay se trouve l’emblème de Singapour : la Marina Bay Sands, le fameux bateau posé en équilibre sur trois immeubles. La piscine avec sa vue splendide sur Singapour est malheureusement réservée aux visiteurs de l’hôtel. L’après-midi, nous décidons de faire un tour dans le centre commercial qui se trouve au pied de l’immeuble avant de rejoindre le centre-ville par le métro.

Hypnotisés par les bateaux naviguant dans une reproduction des célèbres canaux de Venise – les asiatiques adorent reproduire des villes d’Europe -, une nonne bouddhiste nous fixe étrangement et s’approche de nous : « Venez avec moi ! », nous dit-elle dans un anglais presque inaudible et en désignant l’appareil photo. « Venez, suivez-moi, photo ! », sans même prendre la peine de se présenter. Un peu gêné et surtout ne sachant pas quoi faire, nous la suivons avec toutes les questions du monde en tête. Dans un centre commercial ultra-bondé, à Singapour, dans la Marina Bay Sands, une nonne seule ne peut pas nous faire grand-chose.. Espérons-le ! Elle se retourne souvent avec un grand sourire en s’assurant que nous la suivons bien, tellement la foule est dense. Arrivé devant un gigantesque hall, plusieurs membres de la sécurité nous arrêtent en nous demandant ce que nous faisons là. Nous nous rendons alors compte que la moine essaye de nous faire entrer dans ce qui semble être une assemblée ou une cérémonie bouddhiste. Elle négocie avec une organisatrice en chinois, qui nous laisse finalement entrer à une condition : que nous soyons accompagnés par une personne de la sécurité.

La Marina Bay Sands, le symbole de Singapour..

L’intérieur du grand hall est décoré avec d’incroyables tapisseries tibétaines et de petites statues, et nous nous rendons très vite compte que nous sommes les seuls étrangers présents. Avec les rudiments de chinois, la nonne nous explique qu’une très célèbre personnalité tibétaine va donner un discours après la pause, un discours sur la paix dans le monde notamment. « Je viens de Taiwan, du temple de Fo-Guan-Shan. Je suis ici pour aider pendant cet évènement », nous raconte la nonne , sans comprendre son prénom. « Je vous en prie, restez pour le discours. Vous pouvez prendre du thé et des biscuits. Je dois aller aider les autres maintenant ».  Aussi gênée que nous après le départ de la nonne, la sécurité décide finalement de nous laisser seul. Beaucoup de gens aux alentours nous regardent, nous les français perdus dans cette cérémonie bouddhiste, surtout quand nous reprenons des biscuits et du thé.

Cette réunion est une cérémonie de Drigar Thubten Dargye Ling, une communauté bouddhiste fondée par l’éminence H.E. Garchen Rinpoche à Singapour en 2007. L’objectif premier est l’étude et la pratique du Dharma pour ceux qui le désire. Garchen Rinpoche est né en 1936 au Tibet. Il est actuellement à la tête d’un célèbre monastère après avoir passé plus de vingt ans dans les prisons chinoises et participe aujourd’hui à plusieurs cérémonies et rencontres bouddhistes à travers le monde.

Au bout d’un quart d’heure, nous prenons place et le discours de l’éminence Garchen Rinpoche débute. Lui parle le tibétain alors que la plus part des personnes présentes parlent uniquement le chinois. Heureusement deux traductrices sont là pour traduire les sages paroles du moine en chinois pour l’une, en anglais pour l’autre. Les sujets abordés sont au final assez variés et font référence au Dharma: le spiritualisme, la paix, la méditation, les relations avec les autres etc. Une école de la vie. A côté de nous, les gens font tourner de petits moulins à prières tibétains ou se mettent à genoux pour prier. Au fur et à mesure, la religion envahie les lieux. Une expérience à la fois fantastique et paisible.

Après plus de deux heures comme suspendus dans une autre époque, à écouter les paroles du moine qui résonnent comme une médiation, nous nous éclipsons discrètement. En sortant du hall, nous croisons à nouveau la nonne qui nous invite à revenir le lendemain pour partager un diner avec la communauté. Malheureusement pour nous, le lendemain sera déjà le dernier de notre séjour à Singapour.

Le Bar 1-Altitude, le plus haut du monde

Pour admirer une des vues les plus époustouflantes de Singapour, il faut aller au bar 1-Altitude, soit disant le bar le plus haut du monde. Ce bar se situe dans la tour OUB, 1 Raffles Place. Il est aussi important de savoir que c’est un bar « select » où le dress-code est assez strict: smokings pour les messieurs et robes pour les dames. Sûrement poussé par la bonne étoile de l’après-midi et notre participation à la cérémonie bouddhiste, nous réussissons un véritable tour de force en nous présentant en tongues, short à fleurs et T-shirt. Pour pouvoir monter, il suffit de commander un cocktail d’environ vingt-cinq euros qu’il faut récupérer au bar, qui se trouve bien entendu tout en haut de la tour OUB.

Une fois arrivé à plus de 282 mètres d’altitude, nous comprenons pourquoi le prix du cocktail est si élevé: la vue sur la ville est tout simplement magnifique et est sans doute l’une des plus prisées. Le coucher de soleil, avec ces nuages est tout bonnement splendide et les couleurs chatoyantes du soleil sur la ville rendent celle-ci sublime. Toutes les personnes présentes restent admiratives devant ce spectacle. Quelques minutes seulement après le coucher du soleil, la pluie commence à tomber. Le personnel ordonne de quitter la terrasse du 1-Altitude, et nous dirige dans la boite de nuit se trouvant deux étages en-dessous. Après avoir regardé la carte et sa bouteille de vodka à seulement deux cent dollars, nous comprenons qu’il est temps de rentrer pour pouvoir profiter du jaccuzzi une dernière fois avant notre départ le lendemain.

Sur le chemin de Keppel Bay, nous faisons une halte dans le quartier chinois de Singapour. Les prix y sont naturellement bien plus élevés qu’à celui de Kuala Lumpur. Nous nous y arrêtons pour manger de bon plats de poulet frit accompagné d’une sauce onctueuse et un plat de canard. Un régal pour les papilles. Mais vu l’heure, il est plus sage de rentrer, d’autant plus que la pluie ne semble plus s’arrêter. Si déjà il faut être mouillé, autant l’être dans le jacuzzi!

Singapour laisse au final une impression assez mitigée, un peu comme Kuala Lumpur. Après un voyage en Malaise dans des îles paradisiaques et un trekking dans une jungle multi-centenaire, revenir dans la civilisation est un sentiment étrange. Peut-être aussi parce que c’est la fin de ce voyage à l’autre bout de la planète. Après tout, une ville reste une ville. Et contrairement à d’autres villes asiatiques comme Hong-Kong, Shanghai, Tokyo ou Taipei, Singapour est assez sobre et surtout sans superflue. Mais elle offre des endroits intéressants à visiter (nous n’avons fait aucun musée ou nous ne sommes pas aller à l’intérieur des terres par exemple), si l’on s’en prend le temps et les moyens. Singapour est une ville riche, pour les riches et surtout le shopping, mais qui ne laissera certainement pas indifférente.

Le vol Lufthansa LH 0779 pour Frankfurt est annoncé. Nous ne faisons plus la même erreur qu’à l’aller. En attendant devant la porte d’embarquement, nous réalisons que deux semaines sont déjà passées. Un voyage merveilleux à la découverte de cultures et de personnes incroyables, du milieu de la jungle à dix-huit mètres de profondeurs en passant par le bar le plus haut du monde et un temple hindou à même une gigantesque montagne. Il est temps de revenir à nos tracas du quotidien et au bureau pour recommencer à travailler jusqu’à et pour notre prochain voyages. Peut être que le voyage deviendra notre vie quotidienne. Notre prochain voyage? La Thailande? Le Japon? Le Pérou? L’Afrique du Sud? Peut être que H.E Garchen Rinpoche le sait, lui.

Photographies

Informations

Quelques informations en lien avec l’article qui peuvent être utiles aux voyageurs intrépides.

Quoi? Bar 1-Altitude
? 1 Raffles Place (Former OUB Center), Singapour
Combien? A partir d’une vingtaine d’euros

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Search